Vous êtes ici : Accueil > Qui-sommes nous ? > Jean Moulin

Jean Moulin

Jean Moulin n’était pas seulement Préfet et maître d’œuvre du Comité National de la Résistance. Derrière chacune de ses actions, s’esquissent le respect de l’autre, l’aspiration sociale.

Un environnement familial engagé
Jean Moulin, enfant, a vécu dans un environnement familial favorable au développement des aspirations sociales dont il s’inspire d’ailleurs dans quelques-unes de ses eaux fortes.
Jusqu’à la fin de ses études en droit, il a été imprégné par les idées radical-socialistes de son père.

Un homme de conviction
Fonctionnaire loyal, Jean Moulin s’illustre par sa droiture exemplaire.
Ses convictions ne transparaissent presque jamais, sauf à l’occasion du choix de ses postes ministériels, de gauche.

« Le temps de Chartres », le temps de l’action sociale
Face au désarroi de Chartres en ruine, il lui faut gérer un million de réfugiés, leur procurer toit et nourriture, organiser les soins et les protéger contre les exactions de l’occupant.

Le Comité National de la Résistance et son héritage
Le Comité National de la Résistance est l’œuvre de Jean Moulin.
Avec lui, la priorité est au combat. Il est le témoin de l’esprit dans lequel le comité fut institué.
La constitution sociale de la IVème République s’inspire du programme de ce comité qui demeure pour nous tous le témoignage de ce que peuvent engendrer générosité et enthousiasme.

Et la fondation…
Le 11 décembre 1952, Antoine PINAY, Président du Conseil, signait le décret pris en Conseil d’Etat, sur proposition de Charles BRUNE, ministre de l'Intérieur, reconnaissant à la fondation Jean Moulin une œuvre d’utilité publique.
Ainsi est née la fondation Jean Moulin, le 12 décembre 1952.
La FJM participe d’un « humanisme moderne », guidée par cette formule de Jean Moulin : « l’idéal n’est pas une chose qui se consomme mais une valeur qui s’entretient et qui se passe comme un flambeau »